Les oxydes d'azote

Index
1. Que sont les oxydes d’azote ?
2. Sources d’émission des oxydes d’azote
3. Toxicité et mesures des oxydes d’azote
4. Dispositions réglementaires
5. Programme de réduction des émissions
6. Préconisation et conclusion
7. Références bibliographiques

 

 

1. Que sont les oxydes d’azote ?

Les oxydes d’azote comprennent le monoxyde d’azote NO et le dioxyde d’azote NO2.

2. Sources d’émission des oxydes d’azote

Les principales sources d’émission en France sont :

  • le transport routier : 50 % (en particulier les véhicules non équipés de pot catalytique),
  • l’industrie : 20 % (fabrication d’engrais, et d’acide nitrique),
  • l’énergie : 10 %
  • le traitement des déchets : 10 %
  • agriculture : 6 %
  • le transport aérien : 4 %

3. Toxicité et mesures des oxydes d’azote

 Ces oxydes d’azote avec les COV participent à la formation des polluants photochimiques comme l’ozone O3 néfaste pour la santé et de plus ils concourent au phénomène des pluies acides ainsi qu’à l’eutrophisation des sols.

C’est un gaz irritant pour les bronches.
Chez l’asthmatique ils augmentent la fréquence et la gravité des  crises.
Ils peuvent favoriser certaines infections pulmonaires.

 

4. Dispositions réglementaires

Normes OMS et Européennes :

40 microg/m3 en moyenne annuelle
150 microg/m3 sur 24 heures
400 microg/m3 sur 1 heure

 

 En France, la pollution atmosphérique des agglomérations est définie par « l’indice ATMO » noté de 1 à 10 d’après les concentrations moyennes des 4 polluants : oxydes d’azote, dioxyde de soufre, ozone et PM 10 (particules inférieures à 10 μm)

 

Le seuil d’alerte est fixé à 400 µg/m3.

 

5. Programme de réduction des émissions

 

La Directive de l’Union Européenne 2001/81/CE du 23 octobre 2001 impose un programme national de réduction de 4 polluants atmosphériques (SO2, NOx , COV, NH3) afin de respecter en 2010 les plafonds fixés pour les émission de ces 4 polluants.

L'objectif des émissions en 2010 pour les NOx en France est de  810 KT. Les émissions  réelles sont en 2012 de 980KT, soit une diminution de 55% par rapport à 1990.
En France en 2016 la concentration moyenne annuelle des oxydes d'azote a été de 19 µgrammes/m3 en milieu urbain soit une diminution sensible de 49 % depuis l'an 2000 (source Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire) mais proche de 80 µgrammes/m3 autours des grands axes routiers (Vallée du Rhône), régions parisienne et lyonnaise et plus en instantanée....

Il faut rappeler le scandale diesel gate de Volkswagen en septembre 2015 concernant la dissimulation des niveaux d'émissions des oxydes d'azote des voitures en cours d'homologation aux USA.
Le 17 mai 2018, la Commission Européenne a décidé de renvoyer la France (ainsi que l'Allemagne, le Royaume Uni, l'Italie et la Roumanie) devant la Cour de Justice de l'UE pour non respect des normes des concentrations atmosphériques de NO2 (à plus de 40 µgrammes de NO2 par m3 en moyenne annuelle).
Cependant la Commission Européenne reconnait les efforts faits en France mais estime qu'il reste des dépassements des normes de NO2 dans 14 zones (Ile de France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Grenoble, Saint Étienne, Valence, Vallée de l'Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse, Martinique

6. Préconisation et conclusion

 L’installation de pots catalytiques sur les automobiles a été une mesure efficace concernant la diminution des émissions d’oxydes d’azote. 

Néanmoins quelques points noirs subsistent dans les agglomérations de Paris, Bordeaux, Nancy, Lyon, Nice, Grenoble, Strasbourg, Marseille et Lille.

 

7. Références bibliographiques

1 – Directive de l’UE 2001/81/CE du 23.10.2001.

2 – Protocole de Göteborg.