Les oxydes d'azote

Index
1. Que sont les oxydes d’azote ?
2. Sources d’émission des oxydes d’azote
3. Toxicité et mesures des oxydes d’azote
4. Dispositions réglementaires
5. Programme de réduction des émissions
6. Préconisation et conclusion
7. Références bibliographiques

 

 

1. Que sont les oxydes d’azote ?

Les oxydes d’azote comprennent le monoxyde d’azote NO et le dioxyde d’azote NO2.

2. Sources d’émission des oxydes d’azote

Les principales sources d’émission en France sont :

  • le transport routier : 50 % (en particulier les véhicules non équipés de pot catalytique),
  • l’industrie : 20 % (fabrication d’engrais, et d’acide nitrique),
  • l’énergie : 10 %
  • le traitement des déchets : 10 %
  • agriculture : 6 %
  • le transport aérien : 4 %

 

3. Toxicité et mesures des oxydes d’azote

 

Ces oxydes d’azote avec les COV participent à la formation des polluants photochimiques comme l’ozone O3 néfaste pour la santé et de plus ils concourent au phénomène des pluies acides ainsi qu’à l’eutrophisation des sols.

C’est un gaz irritant pour les bronches.
Chez l’asthmatique ils augmentent la fréquence et la gravité des  crises.
Ils peuvent favoriser certaines infections pulmonaires.

 

4. Dispositions réglementaires

 

La pollution atmosphérique des agglomérations est définie par « l’indice ATMO » noté de 1 à 10 d’après les concentrations moyennes des 4 polluants : oxydes d’azote, dioxyde de soufre, ozone et PM 10 (particules inférieures à 10 μm

Le seuil d’alerte est fixé à 400 µg/m3.
Le niveau moyen des grandes agglomérations françaises en 2002 a été de 56µg/m3.

 

5. Programme de réduction des émissions

 

La Directive de l’Union Européenne 2001/81/CE du 23 octobre 2001 impose un programme national de réduction de 4 polluants atmosphériques (SO2, NOx , COV, NH3) afin de respecter en 2010 les plafonds fixés pour les émission de ces 4 polluants.

L'objectif des émissions en 2010 pour les NOx en France est de  810 KT. Les émissions  réelles sont en 2012 de 980KT, soit une diminution de 55% par rapport à 1990.
Les concentration en oxydes d’azote ont diminué de 30 % ces 6 dernières années dans les agglomérations françaises.

 

6. Préconisation et conclusion

 

L’installation de pots catalytiques sur les automobiles a été une mesure efficace concernant la diminution des émissions d’oxydes d’azote.
Néanmoins quelques points noirs subsistent dans les agglomérations de Paris, Bordeaux, Nancy, Lyon, Nice, Grenoble, Strasbourg, Marseille et Lille.

 

7. Références bibliographiques

 

1 – Directive de l’UE 2001/81/CE du 23.10.2001.
2 – Protocole de Göteborg.