La Pompe à chaleur

 

 

 

 

La pompe à chaleur est un système qui permet de «pomper» de l'énergie dans un milieu et de la céder à un autre.

 

 

 

 

  

Schéma de principe de la PAC

Le système de Pompe à chaleur est constitué schématiquement :

  • d'un premier échangeur (évaporateur) situé dans la "source froide" et dans lequel circule un fluide qui récupère des calories
  • d'un deuxième échangeur (condenseur) situé dans la "source chaude" dans lequel ce fluide va céder ses calories au milieu à chauffer
  • d'une pompe qui comprime ce fluide afin de l'utiliser dans sa transition gaz <-> liquide où la capacité calorifique est la plus grande.
  • d'un détendeur qui va permettre au liquide de se vaporiser. 

 

 

 

 

 

Ce système, utilisé depuis fort longtemps dans le fonctionnement des réfrigérateurs, peut être appliqué avec profit au chauffage des habitations en puisant les calories dans un milieu solide (sol), liquide (rivière, lac, mer etc) ou gazeux (air ambiant) pour les céder à un fluide servant à réchauffer le sol ou l’air des habitations.

Ce même principe est appliqué, avec une technologie adaptée, pour cette fois puiser les calories dans le milieu habité et les apporter à l’extérieur : il s’agit de la climatisation.

 

Dans certains cas les mêmes équipements peuvent assurer les deux fonctions chauffage et rafraîchissement: on parle alors de systèmes réversibles.

Dans le cas ou on utilise la couche superficielle du sol comme source de calories, on utilise fréquemment le terme de « géothermie très basse énergie» bien que l’essentiel de ces calories puisées soient apportées par le rayonnement solaire.

Seul ce cas à été traité dans la fiche correspondante pour illustrer le rôle de la pompe à chaleur dans l’utilisation d’énergies renouvelables Il n’y a, en effet, pas de différence significative pour les autres milieux dans lesquels sont puisées ou cédées les calories si ce n’est la technologie qui doit être adaptée.

Nous pensons que ce système qui utilise peu d'électricité pour transférer des calories (entre 15 et 40% selon la technologie et surtout les conditions environnantes :écart de température entre les milieux, etc..) est intéressant pour le chauffage des habitations et va se développer.

Lorsque d'une part les coûts des différentes énergies auront pris 10 à 20 % et d'autre part que les coûts de maintenance(*) permettront une rentabilité réelle sur 5 à 7 ans, nul doute que les dernières hésitations actuelles pour un surcoût à l'investissement tomberont.

(*) La fiabilité des systèmes devra atteindre celle des réfrigérateurs dont ils appliquent le principe (pour les organes tournants et surtout pour l'étanchéité des circuits compresseur-détendeur-échangeur) ce qui n'est pas encore une généralité.

 

Voir la fiche «géothermie très basse énergie»