Retraites

 

Le problème des retraites et l’UARGA

 

La situation des retraités par rapport à leurs pensions, leur régime fiscal et aux problèmes dus à leur âge (santé, autonomie) n’est pas assurée de façon pérenne. Les associations de retraités, même au niveau d’une union d’environ 1000 à 1300 adhérents comme l’UARGA, ne sont pas assez puissantes pour se faire entendre et défendre les droits qu’ils ont acquis dans le cadre du système auxquels ils ont participé ni ceux des futurs retraités.

C’est la raison pour laquelle l’UARGA a adhéré à la Fédérations Nationale des Associations de Retraités (FNAR) qui compte plus de 200000 adhérents. Même ainsi, la voix des retraités reste faible.

 

La FNAR et l’UFR, fédérations dont les principes sont très proches, ont pris l’initiative de créer une confédération, appelée Confédération Française des Retraités (CFR) qui comprend deux autres Fédérations et représentent près de 1500000 retraités.

Actuellement présidée par François Bellanger, issu de l’UFR, elle est maintenant bien connue des pouvoirs publics et des parlementaires (Assemblée Nationale, Sénat). Lors du récent débat sur les retraites, des représentants de la CFR ont été reçus et entendus par les cabinets ministériels, voire des ministres, et par des commissions parlementaires. Elle a pu ainsi faire connaître ses positions sur divers problèmes concernant les retraités d’aujourd’hui et de demain et notamment la nécessité de mettre en route un débat sur un système de retraite unique.

 

Elle participe à de nombreux organismes qui s’occupent des personnes âgées, tels que, par exemple, les Comités Départementaux des Retraités et des Personnes Agées (CODERPA) et du Conseil National des Retraités et des Personnes Agées (CNRPA) dont Sylvain Denis, Président de la FNAR, est le Vice-Président.

 

Les objectifs de la CFR ne sont pas simplement défensifs. Les retraites ont été au cours des 20 dernières années sensiblement érodées par suite des évolutions démographiques (augmentation de l’espérance de vie, donc retraites versées plus longtemps) et socio-économiques (départ en retraite plus tôt par suite des lois en vigueur et des mises en retraite anticipée) et des crises de l’emploi liées à la mondialisation et aux krachs financiers. Les systèmes de retraite par répartition sont fragilisés et ceux par capitalisation (à l’étranger) n’ont pas ou mal résisté à la dernière crise financière. Si les actuels retraités ne sont pas en général excessivement en difficulté (il y a cependant en France au moins un million de retraités au-dessous ou proches du seuil de pauvreté), on peut craindre que les générations actuellement en activité ne disposent que de retraites faibles, voire insuffisantes. La CFR se soucie autant des futurs que des actuels retraités.

  

La FNAR et l’UFR éditent en commun plusieurs publications: le Courrier des Retraités (4 numéros par an), Au Fil des Jours (mensuel uniquement par courriel) et la Newsletter de Part’Ages en fonction des évènements (aussi par courriel). Pour plus d’information voir les sites Internet FNAR et CFR .

 

L’UARGA est très impliquée dans la FNAR: elle y compte un administrateur qui est en outre membre actif de la Commission Retraites de la CFR, et le vérificateur des comptes. Plusieurs de ses membres sont actifs en province, notamment dans des CODERPA. Elle participe aussi chaque année au congrès commun FNAR – UFR et à l’Assemblée générale de la FNAR.