Les réacteurs REP 1300 Mégawatts

“La Performance”

 

Index
1. Généralités
2. Description du réacteur de 1300 MW
     2.1. Le coeur
     2.2. La cuve
     2.3. Le circuit primaire
     2.4. La production d'énergie
     2.5. La sûreté

 

1. Généralités

La centrale de Golfech (2 x 1300 MW)

L’excellent comportement des réacteurs de la génération des 900 MW a conduit à une génération de projets utilisant 4 boucles primaires. En France, EDF a normalisé “un palier” de référence à 1300 MW, dont 16 unités ont été commandées de 1977 à 1982. Leur mise en service s’est étalée de 1983 à 1989. La production d’énergie de chaque unité correspond en pratique à une économie de 3 millions de tonnes de pétrole, compte tenu d’un coefficient de production moyen de 84 %.
Le passage de 900 à 1300 MW amène quelques économies : pour l’ingénierie et l’exploitation, liée à l’effet de taille; pour le combustible liée à une légère réduction de l’enrichissement et à une modeste diminution des coûts.
A l’usage, le coefficient de production des unités de 900 MW et celui des unités de 1300 MW sont très semblables, au-delà de la période de mise au point de chaque palier.

2. Description du réacteur de 1300 MW (voir schéma B)

La description du réacteur est semblable à celle du palier 900 MW. L’effet de taille est important pour la cuve (le poids notamment) et les divers composants du cœur. Le nombre de boucles étant porté à 4, les entrées et sorties de cuve prennent plus de place et impactent la conception de la virole qui les supporte. Le couvercle de la cuve varie dans les mêmes proportions.

2.1. Le cœur

Pour fournir la puissance, le nombre des assemblages est augmenté à 193, mais aussi leur longueur. Par contre le module ( dimension de l’assemblage entre faces parallèles) est conservé. Ce choix favorise la fabrication des assemblages en usine, par l’emploi de composants communs. La colonne de pastille de chaque crayon atteint 4,27 mètres (soit 14 pieds) La densité de puissance dans le cœur est supérieure de 5% à celle du palier 900 MW. La vitesse de l’eau de refroidissement dans chaque assemblage sera supérieure de 10%.
Des barres de commande sont insérées dans certains assemblages, comme pour le réacteur de 900 MW. Leur nombre est de 47, en proportion du nombre d’assemblages.


2.2. La cuve

Comme dans le réacteur de 900 MW, elle comporte en partie supérieure une virole assurant le supportage des 8 entrées et sorties de circuits, au lieu de 6 dans la cuve des 900 MW. Son épaisseur atteint 28 centimètres, pour 22 cm en partie courante de la cuve. Le diamètre intérieur atteint 4,4 mètres. Les pressions de service et de calcul sont conservées.


2.3. Le circuit primaire

Les températures froides (293°C) et chaudes (328°C) de l’eau sont un peu supérieures à celles du palier 900 MW, ce qui va dans le sens de l’amélioration du rendement. A l’exception du pressuriseur, de dimension supérieure d’un facteur 1,5 à celle du palier 900, pour tenir compte du plus grand volume d’eau, les autres composants, pompes et générateurs de vapeur, sont de dimensions proches. Toutefois, la pression de refoulement des pompes primaires est renforcée pour tenir compte des pertes de charge du cœur avec des assemblages plus long. Sur les générateurs de vapeur, la surface d’échange a été sensiblement augmentée pour élever la température de la vapeur.

2.4. La production d’énergie

Le dimensionnement mis à part, les équipements de production d’énergie sont très semblables à ceux du palier de 900MW.

 

2.5. Contrôle et Sûreté

Le palier 1300 n’apporte pas d’élément nouveau sur ce point par rapport au palier 900. Le nombre de mécanismes de commande est porté à 57, en raison du diamètre du cœur, et leur course de fonctionnement à 4,40 mètres (au lieu de 3,80) en raison de la hauteur des assemblages.