Le gaz naturel

 

La consommation de gaz naturel est en augmentation constante. C'est un combustible fossile plus propre (ou moins sale) que le charbon ou le pétrole : il contient peu de polluants et les émissions de gaz à effet de serre lors de sa combustion sont plus réduites que pour le pétrole à condition de contrôler les fuites pendant la production et le transport (le méthane contribue à l’effet de serre 23 fois plus que le CO2).

 

 

 

 

undefined

 Réservoirs de gaz  (source Encarta)

Son utilisation nécessite des infrastructures spécifiques pour assurer le transport, le stockage et l’utilisation en toute sécurité. Il est d’ailleurs source de nombreux accidents par explosion et asphyxie surtout dans le secteur domestique.

 

Les réserves connues s’élèvent à 65 ans au rythme actuel de consommation; il représente actuellement 23 % de la consommation d'énergie dans le monde. Il est un peu mieux réparti sur la planète que le pétrole, mais les réserves importantes restent concentrées sur deux zones géographiques : le Moyen Orient et l’ex URSS.

 

Réserves prouvées de gaz naturel à fin 2006 (source: BP statistical review )

 

 

A noter les découvertes étonnantes des hydrates de méthane au fond des océans. Ils contiendraient deux fois plus d’équivalent carbone que la totalité des gisements de gaz, de pétrole et de charbon connus mondialement: Dans des conditions particulières de pression et de température la glace s’est combinée au méthane. On ne sait pas aujourd’hui comment exploiter cette réserve, et surtout comment le faire sans danger pour la planète. Ces hydrates sont en effet capables de libérer 164 fois leur volume de méthane.

Si la consommation mondiale de gaz continue à augmenter, sa part dans la consommation totale d'énergie est maintenant stabilisée après une forte augmentation au cours des 20 dernières années. L'augmentation des prix et les incertitudes géopolitiques expliquent que les investisseurs hésitent sur le lancement de nouvelles capacités à gaz.


En résumé pour le gaz naturel :

 

 AVANTAGES •Aptitude au stockage liquide ou gazeux
•Souplesse d'exploitation
•Combustion moins polluante que pour le charbon ou le pétrole
 INCONVÉNIENTS •Réserves limitées
•Problèmes de sécurité
•Localisation géopolitique des gisements
•Volatilité du prix lié à celui du pétrole
•Emission de gaz à effets de serre (CO2) : 15 kg de carbone/ gigajoule